Visualisation du test de Final Fantasy V (mobile)
Vite, réagissez au dernier article : GamerObs accueille dorénavant tous les passionnés de SuperCell !
   
    inscription
Toute l'actualité des jeux vidéo et des nouvelles technologies !
Equipe |  Webmasters |  Faire un lien |  227 connectés (dont 0 membre)
Discutez de l'univers des jeux video entre fans !
              
Test Mobile iOS : Final Fantasy V
Par city, le 18-04-2013.

 

 

Contrairement à ce que semblent s’imaginer des hordes de jeunes joueurs à la culture vidéoludique défaillante, la série Final Fantasy n’est pas née avec le dixième épisode, ni même avec le septième. Il s’agit de ne pas ignorer qu’avant cela, sur consoles 8bits puis 16bits, de véritables joyaux ont contribué à la réputation de RPGs riches et profonds véhiculée par la série. Depuis quelques années, Square Enix s’emploie à faire revivre les premiers volets de la saga sur tous les supports possibles et imaginables. Aujourd’hui, c’est au cinquième épisode, version mobile, que nous allons nous intéresser, l’un de ceux qui a connu le moins d’adaptations depuis sa sortie en 1992 au Japon…

 

 

Sur bon nombre d’aspects, Final Fantasy V est très similaire à son prédécesseur et à son successeur, tous deux sortis eux aussi sur SuperNES / SuperFamicom. Néanmoins, contrairement à eux, l’épisode 5 n’est jamais arrivé jusqu’en Amérique. Il faut dire que malgré les ressemblances, il est à la fois beaucoup moins romantique que Final Fantasy IV, et beaucoup moins épique et puissant que Final Fantasy VI, qui reste pour de nombreux adeptes, à commencer par Votre Humble Narrateur, le meilleur volet de la série entière. Le scénario de Final Fantasy V suit la même trame que celui des autres RPG de l’époque : quatre personnages (un autre les rejoindra plus tard), n’ayant a priori pas grand-chose en commun, vont se rencontrer et se retrouver liés par un destin qui dépasse de très loin les premières péripéties qu’ils vont vivre au début du jeu. En l’occurrence, il est questions de quatre cristaux élémentaires dont le déclin risque de causer de grandes catastrophes. Pour contrer ce funeste avenir, un jeune idéaliste en mal d’aventure, une princesse recherchant son père disparu, un vieux briscard à la mémoire défaillante et un mystérieux pirate au grand cœur vont se trouver pris dans les rets d’une destinée peu ordinaire. On appréciera ce background plutôt bien développé (quoique moins passionnant que celui de Final Fantasy IV et VI), qui ne paye pas de mine pendant les premières heures de jeu, pour finalement s’avérer beaucoup plus profond que prévu, avec de multiples péripéties et autres « twists » dans le scénario. Bien entendu, nous ne vous en dirons pas plus ici afin de ne pas vous gâter le plaisir de la découverte.

 

 

 

 

Heureusement pour les non-anglophones, qui commençaient déjà à s’inquiéter de savoir s’ils arriveraient à suivre un scénario aussi travaillé, avec moult dialogues et rebondissements : le jeu est entièrement traduit en français, et en outre, la traduction s’avère particulièrement bonne. Un excellent point pour ce jeu, qui est, au final, la conversion sur mobiles de l’adaptation GameBoy Advance sortie en 2007. De ce fait, les graphismes ont été légèrement revus par rapport au Final Fantasy V original, et l’on ne peut qu’applaudir cette version graphiquement très fidèle à l’esprit des Final Fantasy de l’époque, tout en affichant un rendu plus moderne. Seul le design des personnages, remaniés eux-aussi, pourra décevoir les amateurs des premiers volets. Quant à la bande-son, elle est signée Nobuo Uematsu, compositeur attitré de la plupart des épisodes de la série (entre autres), et dont les mélodies ont enchanté les joueurs de Final Fantasy pendant des années. Un vrai régal pour l’oreille, bien que, encore une fois, légèrement inférieur, moins inspiré, en comparaison de ce que nous avait offert le quatrième opus. Enfin, niveau maniement, quoi de neuf ? Si on reviendra dans le paragraphe suivant sur le système de jeu de ce Final Fantasy V, évoquons simplement ici une petite nouveauté par rapport aux anciennes versions de ce même jeu : en lieu et place du déplacement dans quatre directions caractéristique des Final Fantasy de cette époque, on a désormais droit à un déplacement multilatéral. Ce qui n’apporte pas grand-chose, mais s’avère bien adapté au stick virtuel de l’écran tactile…

 

 

 

 

 

Comme la plupart des RPG estampillés Final Fantasy, ce cinquième volet suit un déroulement en deux phases : l’exploration et le combat. Dans la première, vous arpentez la carte (à pied, mais aussi en bateau, à dos de Chocobo, etc.) et visitez donjons, villages, temples et autres cavernes pour atteindre votre objectif suivant tout en ramassant au passage un tas de trésors, lesquels contiennent or et objets variés, utiles ou non. Et puis, de manière aléatoire (hormis les boss) vous tombez sur des ennemis qu’il va falloir exterminer pour gagner expérience et argent. Les combats suivent le même schéma que les autres Final Fantasy de cette époque, et se servent de l’ATB, ou Active Time Battle : les ennemis et chacun de vos persos ne peuvent attaquer qu’une fois leur barre d’action complètement chargée, mais le jeu ne se met pas en pause momentanée pendant votre choix d’action (magie, attaque, utilisation d’objet, parade, fuite, etc.), ce qui signifie qu’il va vous falloir réfléchir rapidement, sous peine de vous en prendre plein le museau par vos adversaires. La dimension un peu tactique de ce système se trouve encore renforcée par le retour des jobs. Présents dans les tout premiers volets, les jobs avaient disparu dans Final Fantasy IV, où chaque personnage avait sa propre classe. Ici, il vous sera rapidement imposé de choisir un « métier » (paladin, magicien blanc, magicien noir, moine, etc.), chacun disposant d’attributs, de caractéristiques et de compétences propres. Il sera également possible d’en changer en cours d’aventure, il faudra donc bien définir quelles caractéristiques vous voulez développer et maîtriser. Un aspect tactique bien appréciable.     

 

 

  

 

 

 

 

Alors, pour terminer, il vaut le coup ce Final Fantasy V mobile, ou bien ? La réponse est évidemment OUI, à moins que vous n’ayez eu la chance de le pratiquer sur un autre support, auquel cas cette version n’aurait que peu d’intérêt pour vous. Mais pour les autres, et même si, à mon sens, il est de moindre qualité que le IV et le VI, ce jeu est un must-have pour les fans de RPG sur mobile, nostalgiques comme néophytes. Seul le tarif très excessif constituera un frein, mais on a l’habitude avec Square Enix. Et puis, la durée de vie (plus de trente heures pour les fouineurs) est fort conséquente...

 

En conclusion
Note générale de la rédaction :

8 /10
Les plus... Les moins...
  • Des graphismes à la fois modernisés et "antiques"
  • Une bande-son de grande qualité
  • Une durée de vie colossale
  • Un gameplay optimisé pour le support
  • Un système de jobs assez tactique.
  • Le nouveau design des persos
  • Le prix (environ 15€).
Verdict des lecteurs
Note globale des lecteurs : (0 notes)
Personne n'a donné de note

Noter ce test:
Tu dois être connecté!
Note finale (rédaction et lecteurs)
8 / 10

Cette note est une moyenne de la note du rédacteur et celle des lecteurs. Elle est succeptible de se mettre à jour en fonction de la moyenne des lecteurs
Boutiques partenaires


Les Réactions...

Aucun message n'est encore posté. Sois le premier à en poster un !

Ecrire un commentaire
Vous devez être inscrit pour poster des commentaires !
Cliquez pour vous inscrire (super rapide !)




logo GamerObs.com, toute l'actualité des jeux vidéo et des nouvelles technologies.
© 2008 - 2014 | Page générée en 0.138s
Informations légales et générales - Contact Presse - Un Bug ? - Outils Webmasters

Tags : Jeux vidéo, Nintendo, Playstation, Xbox 360, Gamers, Technologie.
Partenaires (Devenir Partenaire): Casino et poker - Pokemon - MMO Pokemon - NintenDomaine - Gagner des jeux - Jeux en ligne - Xbox Live
Puissance Gamers - Xbox Gazette - RPG Soluce - Guide du Jeux Vidéo
News référencées par WebPlanete.net
Bienvenue sur GamerObs !

Pas encore inscrit ? n'hésitez pas à le faire en vous rendant sur cette page !

Rapide, gratuit, et très utile !