Visualisation du test de Shadowrun Returns (mobile)
Vite, réagissez au dernier article : GamerObs accueille dorénavant tous les passionnés de SuperCell !
   
    inscription
Toute l'actualité des jeux vidéo et des nouvelles technologies !
Equipe |  Webmasters |  Faire un lien |  194 connectés (dont 0 membre)
Discutez de l'univers des jeux video entre fans !
              
Test Mobile Android : Shadowrun Returns
Par city, le 28-01-2014.

http://www.gamerobs.com/fichiers/2014/1/27/1390832083.jpg

 

Financé avec un engouement considérable sur la plateforme participative Kickstarter (1.8 millions de dollars sur les 400 000 demandés), le projet Shadowrun Returns a montré combien les nostalgiques et les amateurs de jeu de rôle désespéraient de retrouver enfin la licence, après deux épisodes, sur Super NES et MegaDrive, parus au début des années 90. On ne comptera pas l’opus très médiocre sorti sur 360 pour se concentrer plutôt sur le volet Super NES, auquel Shadowrun Returns est un hommage non dissimulé. Reste à savoir si le produit final est à la hauteur des attentes concrétisées financièrement par les « backers », et c’est à cette question précise que les lignes suivantes s’attacheront à répondre.


Impossible de se lancer dans l’analyse de ce Shadowrun Returns sans préalablement définir concrètement en quoi consiste l’univers Shadowrun, pour ceux qui ne s’y seraient jamais frottés. Constitué avant toute chose d’un ensemble de scénarios sous forme de jeu de rôle papier, Shadowrun transporte le joueur dans un avenir proche, vers les années 2050. La vie au jour le jour est alors réglée par la toute-puissance des méga-corporations, invisibles mais omniprésentes, et corruption, meurtres et magouilles sont généralement de mise. Néanmoins, les humains ne sont plus les seuls à peupler les bas-fonds écrasés dans l’ombre des tours géantes. En effet, suite à un événement appelé Eveil, la Magie ancestrale a refait son apparition, et avec elle, des mutations ayant transformé certains humains en elfes, trolls, nains et autres créatures de légende. Le background offre donc un mélange très réussi de cyberpunk et d’heroic-fantasy, où shamans, dragons, mages et autres côtoient au quotidien le piratage informatique, l’amélioration cybernétique du corps, la robotique. Pour survivre dans cette sombre réalité, nombre d’habiles guerriers se sont spécialisés dans divers domaines afin d’embrasser la profession très courue de Shadowrunners, mercenaires des temps futurs prêts à tout pour accomplir une mission rarement honnête afin de se remplir les poches. Des pantins dont les ficelles sont tirées par les méga-corpos désireuses de ne pas se salir les mains, en somme, même si certains runners ont su conserver une moralité dangereuse pour leur santé…

 

 

C’est dans ce contexte que débute Shadowrun Returns. Vous incarnez un Shadowrunner, dont vous allez devoir préalablement choisir la race, le sexe et autres personnalisations sommaires. Ceci fait, vous découvrez qu’un ancien camarade de votre personnage lui a laissé un message post-mortem, enregistré avant sa mort, destiné à vous lancer sur la piste de son assassin. C’est là le point de départ d’une enquête tortueuse, aux multiples embranchements, qui vous conduira dans tout un éventail de quartiers plus ou moins mal famés à la poursuite d’un tueur en série insaisissable, une enquête qui va vous demander de recueillir un certain nombre d’indices, mais aussi de monter une petite équipe de runners pour vous prêter main forte en cas d’opposition virulente. Le jeu se déroule, comme son ancêtre sur Super NES, en 3D isométrique, et tient plus du point & click que du jeu d’action. Uniquement tactile, Shadowrun Returns vous demandera de toucher du doigt l’endroit où vous souhaitez avancer, la personne à qui vous voulez parler, l’objet avec lequel vous pourrez interagir… Par contre, les combats s’éloignent de l’épisode sus-mentionné, qui vous permettait de viser et tirer avec la croix directionnelle. Ici, c’est au tour par tour que vous allez affronter l’ennemi. Chaque personnage dispose de deux ou trois points d’action, grâce auxquels vous allez pouvoir vous déplacer et attaquer avant de passer au tour du personnage suivant. Le déplacement est d’une importance cruciale lors des combats, qui s’avèrent de fait bien plus tactiques qu’il ne semblerait de prime abord.

 

 

Car si vous foncez bille en tête, vous risquez de vous voir infliger une sévère dérouillée. Il va donc s’agir de profiter du décor, de se protéger derrière les divers objets qui parsèment les lieux, afin de se dissimuler au mieux pour ne pas essuyer trop de dégâts, tout en conservant un angle de tir suffisant pour atteindre les adversaires. Cette dimension rend les combats passionnants, même si ceux-ci ne constituent pas la plus grande partie du gameplay. On l’a dit plus haut, l’enquête occupe une belle partie de votre temps, et vous allez avoir un bon paquet de PNJ à interroger, avec possibilité de choisir vos questions et votre façon de répondre aux autres (poli, agressif, etc.). Et puis, au-delà de tout ceci, la préparation en amont des combats revêt elle aussi une importance capitale. Acheter de l’équipement cybernétique, augmenter les compétences du personnage via un arbre de caracs assez complet, acquérir au marché noir les armes les plus puissantes, constituer une équipe de Shadowrunners équilibrée en fonction des spécialités dont vous avez besoin sur le moment (piratage, bourrinage, magie, etc.), toutes ces activités confèrent au jeu une unité et une variété bienvenue, et il serait dommage (et dangereux) de négliger ces aspects préparatoires pour aller plus vite au combat. On pourra déplorer la rareté des missions secondaires, éventuellement, qui auraient permis d’engranger un peu d’XP et d’argent ; le jeu s’avère assez linéaire dans son déroulement, d’ailleurs, mais la précision des dialogues et la construction de l’histoire passionnent suffisamment pour ne pas en tenir trop rigueur aux développeurs.  

 

 

Tout comme celle de son prédécesseur Super NES, la narration de Shadowrun Returns se veut sombre, détaillée, mature, parfois mélancolique tant la décadence et le désespoir sont devenus le lot quotidien pour plus d’une âme errante de ce futur hypothétique. Sachez tout de même que, de ce fait, il va vous falloir une maîtrise de l’anglais assez confortable pour pouvoir suivre comme il se doit les innombrables dialogues destinés à faire progresser le scénario. Vous voilà prévenu. Cette trame de fond est desservie par une patte graphique plutôt colorée, façon néon, mais en même temps, apte à souligner le côté squameux, décrépit des rues et de leurs habitants. On pensera inévitablement à l’esthétique du film Blade Runner, les créatures mythiques en plus. On appréciera également les petits clins d’œil au Shadowrun de la Super NES, à commencer par la présence de Jake Armitage, personnage principal du jeu d’antan, qui viendra parfois se joindre à vous au cours de l’aventure. Niveau animation, je ne saurais vous dire ce qu’il en est sur PC (car, oui, même si mon test concerne les supports mobiles, le jeu est également présent sur ordinateurs), mais sur tablette, la fluidité n’est pas toujours impeccable. Ceci dit, puisque le jeu se veut plus comme un point & click, en quelque sorte, que comme un titre à l’action frénétique, ce léger défaut n’entrave en rien le plaisir manette en main. Et l’on se laisse bien volontiers emporter par cette histoire obscure et violente dans son propos ainsi que dans son atmosphère, surtout si l’on est un amateur de la première heure de cet univers à la croisée entre deux mondes habituellement bien distincts. Un bel hommage. 

 

 

 

En conclusion
Note générale de la rédaction :

8 /10
Les plus... Les moins...
  • Un jeu d'aventure à l'ancienne
  • Les clins d'oeil aux autres épisodes
  • Un scénario mature et dur
  • Plusieurs phases de jeu d'égale importance
  • L'univers Shadowrun (cyber-fantasy) bien retranscrit
  • Une durée de vie très correcte
  • Gameplay plaisant
  • Combats non-dénués de tactique
  • Musiques bien adaptées à l'ambiance.
  • Beaucoup de texte en anglais only
  • Quelques petits défauts d'animation
  • Peu de missions annexes.
Verdict des lecteurs
Note globale des lecteurs : (0 notes)
Personne n'a donné de note

Noter ce test:
Tu dois être connecté!
Note finale (rédaction et lecteurs)
8 / 10

Cette note est une moyenne de la note du rédacteur et celle des lecteurs. Elle est succeptible de se mettre à jour en fonction de la moyenne des lecteurs
Boutiques partenaires


Les Réactions...

logo
144 mess.
[déconnecté]
bananov a écrit le 14 février 2014 à 23:53 :

Une production KickStarter réussie pour une fois! Le test me donne encore une fois envie de donner mon argent à tonton Gabe!

__________
Bananov

Ses jeux du moment: VITAFinal Fantasy X HD RemasterPCI Am AlivePCLEGO Marvel Super Heroes

profil  mp  blog
Ecrire un commentaire
Vous devez être inscrit pour poster des commentaires !
Cliquez pour vous inscrire (super rapide !)




logo GamerObs.com, toute l'actualité des jeux vidéo et des nouvelles technologies.
© 2008 - 2014 | Page générée en 0.045s
Informations légales et générales - Contact Presse - Un Bug ? - Outils Webmasters

Tags : Jeux vidéo, Nintendo, Playstation, Xbox 360, Gamers, Technologie.
Partenaires (Devenir Partenaire): Casino et poker - Pokemon - MMO Pokemon - NintenDomaine - Gagner des jeux - Jeux en ligne - Xbox Live
Puissance Gamers - Xbox Gazette - RPG Soluce - Guide du Jeux Vidéo
News référencées par WebPlanete.net
Bienvenue sur GamerObs !

Pas encore inscrit ? n'hésitez pas à le faire en vous rendant sur cette page !

Rapide, gratuit, et très utile !